Voyage à la voile sur Saturne

09/08/11, sous le phare de Revelatta

Au 9ème jour de notre croisière Corse, nous essuyons un mistral furibond qui nous force à camper sagement dans une crique proche de Calvi. L’occasion de marcher jusqu’au phare de la Revelatta… Et de cuisiner hardi petit… Les baignades sont permises et très recommandables car le temps est au beau fixe. Le moteur de l’annexe fait des siennes obligeant régulièrement à ramer comme des rameurs invertébrés. Depuis hier nous sommes neuf sur le bateau, on se serre et on se tient chaud dans le carré pour manger car le vent fait un boucan d’enfer. Une serviette envolée, mon maillot récupéré de justesse etc… La rame du canoë a failli rejoindre elle aussi  les fonds marins. Que ferons-nous demain? Mystères, les vents seuls nous le diront ! Misère, pourrais-je voir quand même scandola, Girolata, les calanques de Piana? Le doute est là, car nous n’avons plus que quatre jours pour rejoindre Ajaccio. J’espère. Mais nous ne manquons pas d’idée pour « tuer » le temps qui est un temps de farniente, avouons-le! Une chorégraphie pour le tube de la transat. Du macramé pour les incultes, des nœuds marins que nous sommes encore, pour certains. Bref nous voguons au sens figuré, au gré de nos envies et des impulsions du moment. Les moments de rire sont nombreux, les siestes, les retraits en des lectures studieuses ou romantiques aussi. C’est la vie estivale sur Saturne. Et pendant que j’y suis, je lance un très grand coucou à Annie, qui n’a pu nous rejoindre cette année. Tu nous manques, et surtout nous n’avons personne pour les oursins ! Mais un rattrapage certain par le sarde Sergio qui nous a cuisiné une capolata sicilienne, car il est moitié-moitié. Sur ce je vais rejoindre les poteaux pour l’apéro ! by……

Anne
P.S j’entends Michel qui nous promet Galéria pour demain.

CAPTAIN ENCEPHALLUS ET SON EQUIPAGE DE BURNES

Extrait d'un témoignage apporté par notre bien aimé capitaine Encéphallus: Michel est dépité par son équipage burnesque. Pour lui aujourd'hui est une démonstration supplémentaire de l'échec pédagogique collectif de son tutorat de manœuvres. Point positif : l'arrivée à bord cette après-midi d'un nouveau membre Sandra sur qui il fonde beaucoup d'espoir.


Julie

 

La position de Saturne sur une cartewww.voile-voyage.frtwitterfacebook


Publié à 10:37, le mardi 9 août 2011, dans voyage, Calvi
Mots clefs : croisièrevoilierCorsemistralapèromanoeuvrepédagogique


2 août 11, sous la Revellata

7h. Juste parfaite. Hier en journée un courant de sud de 8 noeuds c'est levé. Il nous a permis de tailler notre route tout doucement vers Calvi. Sommes arrivée comme des fleurs ce matin dans le petit mouillage de la Revellata. Le temps est superbe...  Attendons Gilles. Michel


La position de Saturne sur une carte, www.voile-voyage.frtwitterfacebook

10h. Pendant que le capitaine vérifie son moteur, je fais mon écho à cette traversée, lente mais sûre depuis Toulon jusqu'à Calvi. Michel a bénéficié durant ces deux jours, d'un équipage calme et assuré, surtout dans ses couchettes respectives, tant nous avions tous des besoins divers de dormir pour récupérer... (Lui le premier d'ailleurs) et nous l'avons préservé dans ces moments intimes... (enfin presque)


Le manque de vent nous a forcé la main, (si je puis dire pour atténuer cette impression d'apathie. En réalité nous n'avons failli à aucun des devoirs des marins d'eau douce... Surveillance des quarts, rouge-rouge, vert-vert...rouge vert etc... Aussi les apéros, dont je me suis exemptée cause barbouillage gastronomique à 30 milles de Toulon environ. Je reprends mes esprits depuis hier soir et ce matin, allez savoir une pêche d'enfer. Qu'avons nous donc fait d'autre ? contemplés la mer bien sûr, croisés une baleine et une tortue de mer magnifique, aperçus de loin les dauphins, effectués des trempettes entre les méduses rouges, cuisinés et dégustés des plats raffinés. Ce matin je confirme, il fait beau, même s'il a plu des étoiles filantes toutes ces deux nuits. Le capitaine est égal à lui même et la Corse reste un beau Cap. Nous attendons la suite! Un complément d'équipage, une "mise à pied" à Calvi, et puis l'on verra! A bientôt, Anne.

P.S Julie tente un tube:
rouge - rouge : rien ne bouge
rouge -vert : la truffe à l'air
vert sur vert : tout est clair
vert sur rouge : allez! Fait pas ta courge!
Reste plus qu'à trouver la mélodie!

Dixit Serge qui a passé la nuit avec le capitaine (les 2 quarts): "le capitaine n'est pas tout à fait égal à lui même car fraîchement inverti." Eh oui, dixit le capitaine : subjuguée par l'abdomen rebondi et velu de Serge, le capitaine dévoile sa part féminine trop longtemps refoulée. Ne manquer pas la vidéo du coming out réalisée par Julie P. au doux titre "je suis une grosse tapette..."
Dixit Julie: " à l'inverse du capitaine, Serge aime les femmes surtout la sienne, dixit, dixit...

PPS : Le contre tube des garçons:
Rouge sur rouge : je déballe ma gouge
Rouge sur vert : La bite à l'air
Vert sur vert   : J'suis ouvert
Vert sur rouge : j'offre ma courge

 


Publié à 11:26, le mardi 2 août 2011, dans voyage, La Revellata
Mots clefs : croisièrevoilierCorseétoilefilantetortuebaleinedauphins


Entre Corse et continent.

Samedi 31 juillet. Nous avons quitté Saint-Mandrier vers 15h. Le temps est superbe. Le vent d'Ouest est faible mais bon à 19h, nous sommes quand même à Porquerolles. Nous hésitons  à passer la nuit au mouillage où poursuivre sur la Corse directement. La météo du soir risque d'emporter la décison. Michel
Derrière le cap Cepet, Saturne quitte la rade de Toulon

Lundi 1er Août, 9h. Nuit calme avec bien peu de vent d'Est Sud-Est. Nous gagnons tout doucement vers L'est. Le calme est absolu et les pointes ne dépassent jamais 3,5 noeuds. L'équipage s'amarine doucement. Il fait super beau. J'aimerai bien une composante un peu plus sud! Michel Position: 43°00N 7°10E, vitesse: 2,2 noeuds au 60 ne ce moment.

16h. Une traversée sans vent ou presque. Nous poursuivons notre route avec un peu de vent de sud. Comme cette nuit les pointes à 3 noeuds sont rares. Mais le cap est franchement bon. Les nautiques avalés le sont vers la Girolata. Ce matin avons croisée une baleine et une tortue et après une cuisse de dinde au feu de bois....plouffff A cette vitesse nous pouvons arriver dans 24 heures si le vent reste sud. Dans le cas contraire le moteur nous aidera à boucler à temps pour récupérer Gilles & Co à Calvi. Je poursuis mes bricolages en retard. Michel
Position: 43°00N 7°22E,  vitesse 2,9 noeuds au 122
 
20h. Une journée de rêve s'endort doucement. Une journée à la voile sur une mer lisse. Une journée de repos, de bricolage, de guitare, de barbecue, de rire... de rien. Encore 36 nautiques pour la Revellata. Demain matin le soleil se lèvera sur la corse.

La position de Saturne sur une carte, www.voile-voyage.fr, twitter, facebook

Publié à 23:28, le lundi 1 août 2011, dans voyage, Porquerolles
Mots clefs : vent faibleCorsevoilierbaleinecroisièretortue


08/06/11, beau temps ce matin.

11h. Le vent de sud nous pousse entre 5 et 6 noeuds sur une mer quasiment lisse. Le soleil un peu voilé nous protège du rayonnement tropical... Il fait beau. Et la nuit a été super douce. Le manque de vent nous oblige à quelques épisodes motorisés mais rien de bien grave. A priori dans les jours qui viennent nous devrions avancer plus vite. Il nous reste quelques heures encore pour bricoler avant le passage d'une petite dépression. Le hale-bas semble vouloir tenir mais ça reste provisoire. Il va falloir à nouveau plancher sur la table à dessin et le repenser complètement, peut-être hydraulique. Les accroches ne sont pas à la hauteur de la charge que la bôme de 6 mètres exerce. Le moment est énorme et il peut tout arracher. Bon, là rien de grave. Pour le moment je frappe des bouts (cordages) sur l'arrière ce qui protège le hale-bas. Il faudra aussi protéger l'électronique du pont qui résiste mal aux pluies torrentielles et aux vagues qui nous submergent parfois. A l'intérieur tout va bien sauf une fragilité globale des charnières.

L'équipage est en forme. Partant pour en découdre avec la prochaine perturbation. Le mal de mer n'est plus qu'un mauvais souvenir. Le confort des deux derniers jours nous a bien requinqué. A plus tard, Capitaine.
 
15h30. Enfin sur les rails, Depuis quatre heures nous ne descendons en dessous de 8 nds. Le bateau est quasi à plat un courant de sud nous pousse vers les Açores. Dans les heures qui viennent il devrait prendre du poil de la bête mais pas pire normalement.

Extrait du bulletin de MétéoFrance du 08/062011 pour la zone COLORADO (vitesse du vent en force Beaufort): vent de secteur Sud 3-5, parfois 6, devenant Variable dépressionnaire de Sud-Ouest dominant 5-7 par le Sud-Ouest bientôt. Mer peu agitée à agitée. Pluie et grains orageux avec rafales.

Le milieu de la traversée est largement derrière nous. Nous devrions arriver à temps pour qu'Antoine reprenne son boulot. Le moral est bon. Sommes reposés et bien nourrit. J'ai presque fini mes petites bricoles. Sieste alors! Michel


Position : 28°36N 46°12W, vitesse instantanée : 6,4 nds, pression atmo: 1028 hPa, mer belle
www.voile-voyage.fr - Saturne sur une carte - Facebook -

Publié à 20:29, le mercredi 8 juin 2011, dans Transat, Océan Atlantique Nord
Mots clefs : hale-basperturbationsaturnevoiliervoilevoyage


Carénage d'automne (2)

Michel et Daniel sont au Grau d'Agde mercredi soir et  jeudi (c'est pourtant pas facile de dégager du temps en milieu de semaine) pour tenter de rattraper un peu de retard

Le premier travail est de vérifier avec un laser prêté par Henry, que le bateau repose bien à l'horizontal sur les sangles. Mais Henri (celui du chantier) à l'oeil et lors de la sortie de l'eau, il l'a calé  nickel. Il s'agit alors  de faire une découpe oblique à la base de la quille pour créer un plan de raccordement qui vienne s'ajuster avec le bulbe. Et là ça se complique: Impossible d'utiliser un oxycoupeur car le bas de la quille est rempli de goudron et il  s'enflamme instantanément à l'approche d'une flamme.
 

Alors on utilise la meuleuse du bord (une 125), mais c'est plus long, surtout que le diamètre du disque est petit et qu'il y a au milieu de la quille dans l'axe du bateau une tôle très épaisse et loin des bords. Ca donne du fil à retordre.
 
Soudain Henri doit nous abandonner: une péniche en panne sur l'Hérault l'appelle à son secours...

Bilan est encore frustrant, pour cette fois-ci, on aura réussi à démonter les haubans (le mât tient, par l'étais avant et les bastaques) et le taud rigide du cockpit arrière. Avant de s'y recoller le week-end prochain (qui va commencé dimanche midi et finir lundi).

Publié à 10:46, le samedi 16 octobre 2010, dans Chantier, Le Grau-d'Agde
Mots clefs : bulbetransatsaturnetravauxvoilierpréparationvoyagequilleoxycoupeur


{ Page précédente } { Page 1 sur 4 } { Page suivante }
Accueil
Qui suis-je ?
Mon itinéraire
Livre d'or
Archives
Amis
Album photos

Mes albums

La carte des lieux visités



Rubriques

Chantier
Conseils pratiques
Esprit Saturne
Transat
voyage

Derniers articles

Le murmure des sillages....
Présentation officielle de mon ouvrage "Saturne"
Saturne, mon premier ouvrage, est enfin disponible
Matinée d'initiation à la voile.
Programme de navigation printemps-été 2018

Sites favoris

Saturne
Mutins
thierrymoine.com
les rancy
Olivier Bréaud

Amis


Newsletter

Saisissez votre adresse email