Voyage à la voile sur Saturne

14/12/10, Tarifa

12h30. Gibraltar est derrière nous.

Le soleil est magnifique et nous nous déhalons doucement contre vent et marée. Mais plus pour longtemps ça va s'inverser vite, en principe. Nous n'arrivons pas encore à tenir les 5 nds sur le fond avec une vitesse sur l'eau de 7.6 mais sommes quand même "aux portes" de l'Atlantique. Tarifa n'est plus qu'à 6 nautiques.

La journée d'hier nous a permis de bricoler le bateau qui a bien souffert en Méditerranée et de nous reposer aussi. Je tenais surtout à renforcer le vît de mulet et par chance nous avons déniché un petit atelier de serrurerie qui avait de quoi souder l'alu. Alors avec l'ancien et quelques chutes nous avons pu inventer une nouvelle liaison mat-baume beaucoup plus solide. Le hale-bas aussi est renforcé. Ce matin Henry passe les lignes de vie. Nous sommes confiant.


Pendant que j'écris je sens le vent d'ouest monter un peu. Le bateau accuse le coup de quelques degrés, mais sa vitesse reste faible.

Vitesse instantanée : 4.3 noeuds

Belle belle. Vent d'Ouest force trois.

 

15h, Tarifa

Comment connaître la limite de la mer et de l'océan? Les "Angloïdes" s'acharnent à nous faire croire que Gibraltar est la frontière, mais les rebelles de Saturne refusent de les croire. Nous entrerons en atlantique quand nous recevrons Tarifa au 0. Ainsi va l'histoire des cartes et de la navigation maritime au gré des convictions d'esprits éclairés qui savent résister à la suprématie médiatique d'un peuple réactionnaire et monarchiste.

Michel 

 

L'équipage de Saturne a profité de l'escale pour envoyer quelques photos qui sont en ligne.

Pour voir ou est Saturne, c'est ici.


Publié à 19:47, le mardi 14 décembre 2010, dans Transat, Tarifa
Mots clefs : gibraltartransatsaturnevoilevoyage


12/12/10, Gibraltar

17h30, à l'est de Gibraltar.

Y arriverons nous? lol! Il ne reste que 9 nautiques mais avec un vent de 5 dans la gueule et du courant probablement. Avec les voiles et appuyé au moteur, nous progressons entre 3 et 4 nœuds. Dans deux heures trente, la marée s'inverse ensuite ça ne passera plus du tout. On croise les doigts, on tire tout ce qu'on peut sur la bête et son moteur. Putain de bière on l'aura pas volée celle ci. On y est presque.

Une pointe à 3,4 nds

21h00, Gibraltar. On a bien cru qu'on ne passerait pas contre le vent et les courants. Mais c'est fait, nous somme au port.

Capitaine

Pour voir ou est Saturne, c'est ici.


Publié à 09:36, le dimanche 12 décembre 2010, dans Transat, Détroit de Gibraltar
Mots clefs : gibraltartransatsaturnevoilevoyage


Accueil
Qui suis-je ?
Mon itinéraire
Livre d'or
Archives
Amis
Album photos

Mes albums

La carte des lieux visités



Rubriques

Chantier
Conseils pratiques
Esprit Saturne
Transat
voyage

Derniers articles

Saturne, mon premier ouvrage, est enfin disponible
Matinée d'initiation à la voile.
Programme de navigation printemps-été 2018
En attendant la réparation du moteur
Panne, panne, panne...

Sites favoris

Saturne
Mutins
thierrymoine.com
les rancy
Olivier Bréaud

Amis


Newsletter

Saisissez votre adresse email