Voyage à la voile sur Saturne

21/12/10, Marina de Quinta do Lorde (1)

Incroyable… Nous avons passé une nuit de rêve. Hier soir le ressac augmentait encore, nous avons craqué. En discutant, Sylvie surtout, "qui ne rate jamais une occasion de brancher des mâles", nous avons découvert l'existence une marina pas trop loin de Machico, qui semblait bien abritée. La manœuvre pour nous libérer du quai nous inquiétait un peu. Finalement, nous avons simplement libéré très vite le bateau, en abandonnant sur place les 11 amarres et Henry. Nous lui avons laissé le temps de tout dégager. Ensuite nous nous sommes approché doucement du quai pour qu'il nous les renvoie 4 m plus bas quand même et nous l'avons récupéré par le balcon avant, Henry a une telle agilité que ça a été facile.

Une heure plus tard nous nous présentons à l'entrée de "Quinta do Lorde". L'entrée n'est pas explicite en arrivant de la mer mais une fois passé la digue, à l'intérieur du port, c'est un vrai lac. Un bonheur.
Au bar du coin, nous retrouvons deux équipages Français en transit, mais pas trop envie d'échanger, bien vite nous retrouvons nos petites couchettes pour une nuit de repos absolu. Ce port est absolument improbable. Pas du tout de vie en dehors des trois bateaux en voyage. Des milliers d'appartement vides. Des rues désertes. Un accueil merveilleux, avec des sanitaires immenses et  luxueux des navettes gratuites pour les villages voisins, une volonté de servir ostentatoire. Une planète bien étrange qui, je suppose trouve, sa raison d'être en période de vacances.
Pour le repos des guerriers c'est PARFAIT.

Pour changer, ce matin c'est lessive, rangement et bricolage. Je vous laisse découvrir.
 
Ou sont-ils?

Publié à 09:26, le mardi 21 décembre 2010, dans Transat, Caniçal
Mots clefs : machicoCanicalfunchaltransatsaturnevoilevoyage


20/12/10, au port de Machico à Madère

Enfin au port, au calme et en mesure de dormir doucement. Cette première étape de la transat de Saturne se finit bien. Mine de rien, un bon tiers de la traversée est dernière nous. Entre Sète et Tarifa nous avons parcouru 637 nautiques et à cause du très mauvais temps 791 entre Tarifa et Machico. Une sommes de 1428 nm.

Dès le début la fatigue de la préparation, les nouveautés apportées au bateau, la météo nous ont un peu bousculés. La première nuit au départ du Cap d'Agde était ventée et glaciale, le courant de SW fort qui a suivit, très laborieux à remonter en tirant des bords dans une mer formée et finalement, le coup de vent d’est, plus violent que prévu, nous a propulsé aux portes de L’atlantique rapidement mais au prix de beaucoup de fatigue et d'un peu de casse. On ne se plaint pas trop, des voyageurs rencontrés à Gibraltar, qui ont essuyés les même vagues que nous, ont eu moins de chance encore.
L’atlantique, nous a offert deux jours confortables, les 14 et 15 décembre, mais aussi trois autres, très très durs, dans une mer très forte et un force 8 établi avec rafales et pluies torrentielles.

Finalement tout se finit bien quand même, grâce en tout premier lieu à un équipage, parfois maladroit mais béton dans l’engagement. Beaucoup de disponibilité, d’envie de bien faire les choses et de rester “ensemble” dans les épreuves (bien réelles) . Les connaissances maritimes et les talents de bricoleur éclairé d’Henry se sont avérés précieux.

Ensuite, le bateau a été magnifique.  Saturne est une machine de gros temps extraordinaire. Sûr et marin en toute circonstance. Jamais personne, même pendant les grains très violents n’a eu moindrement peur. De plus les moyennes (sur l’eau) sont restées élevées malgré 13 heures de moteur à moins de 5 nds et 15 heures de près. Entre Tarifa et Machico les 791 milles ont été parcourus en cinq jours, à une moyenne de 6,7 noeuds soit presque 160 milles par jour et une pointe à  13,2 noeuds. Attention en ligne droite il n'y a que 600 nautiques. Ce qui donnerai une vitesse projetée sur cette ligne de 5 nds.

Enfin , et c’est nouveau à bord, l’electro/informatique embarquée à été une aide précieuse. Savoir ou nous nous situions dans le système dépressionnaire nous a permis d’avoir une vraie stratégie pour arriver  à tirer le meilleurs parti de la situation. Nous avons pu abandonner  à temps l’approche de Puerto Santo pour partir au nord retrouver le centre dépressionnaire moins violent et profiter très vite d’une inflexion au NW bien imprévisible autrement.

Nous allons maintenant passer quelques jours  à bricoler deux trois choses, à refaire le frais et à nettoyer un peu le bateau. Nous allons aussi former les trois nouveaux aux manœuvres de base, même si tous ont déjà navigué  à bord. Le prochain départ est prévu autour du 22. Le réveillon de Noël devrait se faire  aux Canaris et ensuite…

Michel

Saturne est à Machico
 
16h30, au port de Machico.
La fameuse vraie nuit de repos... t'as cas y croire! En fait dans la nuit la bosse d'enrouleur c'est libérée sans crier gare. Le temps que je me jette hors du lit je découvre que Sylvie et Daniel sont déjà sur le pont. Rien de grave. Deux heures plus tard c'est une amarre arrière qui cède. Rien de grave mais en fait c'est que le début d'une longue nuit de galère. Le vent et la mer monte vite. Les vagues passent sur la digue. Le ressac est ingérable. Bref quatre amarre de 22 vont y passer. Au matin je dois exhumer une ancienne aussière de remorquage de 32 et la découper en amarre. Je n'avais pas l'habitude de ces quais en pierre mal défendus... Rien à voir avec les conditions d'amarrage de nos marinas modernes.

C'est noté..cette nuit je dors.

Enfin espérons.


Bises


Publié à 23:32, le lundi 20 décembre 2010, dans Transat, Machico
Mots clefs : funchalmadèremachicotransatsaturnevoilevoyage


18/12/10, en route pour Madère (4)

Hier en fin d'après-midi nous avons du prendre la décision de faire demi tour. Trop de vent, trop de grains violents (9 parfois avec des pluies torrentielles). Il est 9 heures TU et nous sommes à nouveau dans le bon sens. Nous espérons arriver à Madère dans la nuit prochaine.

Position : 34°36'N 15°00'W
vitesse instantanée : 8,2 nds
Trop fatigué pour rédiger autre chose.
Bizzz
Capitaine 
 
18h30TU.
Le vent souffle enfin dans la bonne direction. Nous avons du remonter dans le centre dépressionnaire pour le trouver  mais il est bien là. Il nous reste environ 90 nautiques à courir avant Funchal c'est une paille à l'échelle de l'océan. Nous devrions arriver dans 12h. Le vent est tombé, avec trois ris dans la grand voile et un demi génois, nous sommes encore  à 8 noeuds. Autant dire calme plat!
Rapidement maintenant apparaitrons les feux de puerto Santo, ça nous fera du bien d'avoir des signes tangibles de l'établissement humain. Nous tentons de nous reposer mais ça bouge encore beaucoup, la mer n'est pas tombée. Le bateau fermé étanche depuis trois jour ressemble  à une étuve en désordre. Il va y avoir un peu de rangement, d'aération et de nettoyage au port. "Les oiseaux de passage" vont bien.
 
Capitaine
 
Vitesse instantanée : 7.8
Nébulosté : 5/8
Pression : 1009 hp
Mer agitée
 
Pendant ce temps à Madère, le relais d'équipage cafouille aussi: les bagages de Daniel ont été perdu lors de l'escale de Lisbonne. L'avion de Nico a du retard et il n'arrivera que ce soir. Avec ses bagages on espère!

Publié à 10:07, le samedi 18 décembre 2010, dans Transat, Océan Atlantique Nord
Mots clefs : funchalmadèretransatsaturnevoilevoyage


17/12/10, en route pour Madère (3)

8h TU.

Depuis hier impossible de donner des nouvelles. Vers 15h, je tentais de me reposer tout en restant à l'écoute du  bateau. Les surfs ont commencés à pousser fort. La vitesse moyenne de 8,5 noeuds se tenait bien mais par moment le bateau volait. Un premier m'a définitivement réveillé... 11,4 noeuds! Les suivants ont commencé à inquiéter. Arrivé à 13.2 noeuds j'ai sonné la charge. Tout le monde sur le pont: on affale la grand voile. Pas facile avec une pression arrière aussi forte. Ensuite nous sommes restés là longtemps à contempler le spectacle de cette mer déchainée (un bon 8). La fatigue s'installe, ce vent violent nous a tenu jusqu'à  trois heures puis nous avons du déposer le tangon pour tirer plus sud. Ce matin à 6 heures j'ai pris mon quart sous pluie battante. Le vent est tombé et on va peut-être pouvoir se reposer un peu mais pas longtemps: la prochaine fin de journée s'annonce difficile aussi. Demain matin le vent repasserai au nord et nous devrions arriver dans la journée à Madère.
A suivre...

Position : 34°02'N 13°12'W
Vitesse instantanée : 4,4 noeuds
Pluie

10h, à Lyon. Sous une belle averse de neige, Fiona et Michel viennent d'arriver à l'aéroport. Nico se demande encore comment emmener son piano.

Publié à 12:33, le vendredi 17 décembre 2010, dans Transat, Océan Atlantique Nord
Mots clefs : funchalmadèretransatsaturnevoilevoyage


Accueil
Qui suis-je ?
Mon itinéraire
Livre d'or
Archives
Amis
Album photos

Mes albums

La carte des lieux visités



Rubriques

Chantier
Conseils pratiques
Esprit Saturne
Transat
voyage

Derniers articles

Présentation officielle de mon ouvrage "Saturne"
Saturne, mon premier ouvrage, est enfin disponible
Matinée d'initiation à la voile.
Programme de navigation printemps-été 2018
En attendant la réparation du moteur

Sites favoris

Saturne
Mutins
thierrymoine.com
les rancy
Olivier Bréaud

Amis


Newsletter

Saisissez votre adresse email