Voyage à la voile sur Saturne

Bricolage

Lundi prochain, à l'issue du week-end de navigation, Saturne sera sorti de l'eau pour son carénage annuel au chantier Allemand du Grau d'Agde. Et ce, pour deux semaines de travaux. Les bonnes volontés sont les bienvenues.

A la mi-juillet, Saturne sera alors fin près pour sa navigation estivale qui le conduira en Corse.

A bientôt.

Programme complet de l'été

Carénage de Saturne au chantier Allemand du Grau d'Agde

 


Publié à 21:41, le mercredi 26 juin 2013, dans Chantier, Le Grau-d'Agde
Mots clefs : AllemandCarénagechantier


Carénage

Saturne glisse bien. L'équipage Anthony, Latifa, Luc, Stéphane et Michel, est heureux de ces quelques heures de mer pour rallier Sète. Le vent de nord nous oblige même à prendre un ris. Que du bonheur ! Le carénage est derrière. Naviguons...
Cette année encore les deux semaines passées au chantier Allemand mériteraient bien quelques longues pages d’un récit tantôt technique, tantôt sensible et finalement humain. Il faudra bien un jour s’attaquer à la rédaction de l’épopée de la famille “Allemand”.
Sortie de l’eau la carène de Saturne accusait les 17 mois passés dans l’eau. Je ne laisse jamais passer autant de temps entre deux carénages et la preuve est sous mes yeux... Il ne faut pas ! Une pellicule continue d’algue verte, des moules qui ont colonisées les anodes, safran et propulseur d’étrave.  Mais aussi et plus délicat, dispersées au hasard, des centaines de petits chapeaux chinois qui me laissent redouter le pire pour le traitement époxy vieux déjà de 10 ans.
Plus surprenant encore les anodes se sont faites dévorer par quelque phénomène électrolytique inconnu à ce jour sur ce bateau. Le safran aussi a beaucoup de jeux et les oeuvres mortes blessées par endroit perlent de rouille. Enfin le bulbe, juste traité au métagrip, est recouvert de coquillages en tout genre et va nous demander beaucoup d’attention.
On va devoir se remonter les manches. Une transat ne laisse pas un voilier indifférent. Il a manifestement plus souffert que durant une saison habituelle. Thierry est avec moi et nous commençons à établir la longue liste des festivités... Avant toute chose ne devons démonter l’éolienne pour laisser échapper la grue. Malheureusement l’induit en inox est collé au suppot de pale et impossible à libérer. Ca commence pas bien... Thierry est au karcher il ne faut pas perdre de temps. Malheureusement le temps pluvieux nous interdit de passer de la peinture de protection alors nous devons commencer les gros travaux sans plus attendre. Par où commencer? 
Naturellement l’envie de tout faire est tentante mais il faut rester prudent. Une fois commencés, certains travaux doivent impérativement être terminés comme par exemple le portique arrière qui nécéssite pour sa mise en place, le percement du pont.  En même temps, je n’avais pas envie de remonter à lyon avec des tubes et des coudes encombrants. Avec mon copain Thierry, nous avons rapidement percé le pont et pointé tous les éléments sur place. Prudement, j’ai demandé au soudeur du chantier de réaliser l’ensemble des soudures. Il faut dire que le haut du portique est à plus de six mètres du sol et que sans fenwick certaines soudures me semblaient irréalisables. Nous avons profité de  cette main d’oeuvre professionelle pour faire également souder les deux portes réalisées dans les filières.
Puisque l’idée de percer, meuler, souder sur le pont est acceptée, autant réaliser tous les travaux de métallerie. D’anciennes cadènes du mât d’artimon maintenant  inutiles nous compliquaient le cheminement sur les passes-avant. D’un coup de meuleuse, les voilà définitivement disparues ! Les bites d’amarage également situées à l’arrière du bateau et très oxydées ont été sciées et remplacées par des pièces en inox. Malheureusement les plages arrières sont en acier et l’échelle de bain qui frotte régulièrement sur celle-ci, arrache le revêtement epoxy et provoquait une oxydation rapide... c’est du passé !
A l’autre extrémité du pont, le bout dehors mal installé provoquait également des zones oxydées. Et l’axe du davier, d’un diamètre de 16 milimètres, supportait mal la violence des accoups afligés par la chaine d’ancre. Tout est rentré dans l’ordre grâce à la confection d’un axe de 20 milimètres traversant davier et bout-dehors. Ce faisant, Serge et Julie ont consciencieusement poncé toutes les zones que ces travaux ont endommagés avant de les recouvrir de trois couches d’epoxy.
 
Ce travail de fourmi pour traiter point par point chaque tâche de rouille a rapidement été étendu aux oeuvres mortes puis aux oeuvres vives. Tout le bateau a été passé au peigne fin. Une fois ce traitement anti-rouille réalisé, nous avons pu passer l’antifoulling sur la partie immergée du bateau et repeindre la coque en blanc.
 
Toutes les anodes défectueuses ont été remplacées. Pour la première fois depuis l’achat de ce bateau, il a fallu change la bague autolube. A cette occasion, j’ai découvert le démontage d’un contre-tourteau et la dépose d’un arbre d’hélice. Heureusement que Seb est venu passer 3 jours à bord ! mécanicien émérite, il s’est attaché à changer de nombreux joints dont celui du carter d’huile, du collecteur d’échapement et celui de sortie de vilbrequin.
 
La transatlantique avec ses grains tropicaux sur l’équateur a endommagé l’électronique embarquée sur le pont. Avec Daniel, nous avons changé la commande de propulseur d’étrave et installé un sondeur GPS et lecteur de carte. David a mis à profit ses talents de menuisier pour nous renforce le taud de soleil. Cette liste n’est pas exhaustive mais nous en resterons là pour ne pas trop vous ennuyer... Marine, à l’instar du Petit Prince rappellerait volontiers que l’essentiel est ailleurs...
Merci à tous les Saturniens, Catherine, Daniel, David, Eloise, Julie, Luc, Marine, Michel, Myriam, Nelly, Sebastien, Serge, Stéphane et Thierry qui ont répondus présents et qui se sont donnés du mal pour que Saturne puisse reprendre sa saison dans de bonnes conditions.
Mille choses encore à finir à bord mais qui attendont. Seule la peinture du pont est impérieuse. Alors le week end du premier mai on va tenter de peindre... Si la météo est d’accord. Toutes les bonnes volontés seront les bienvenues à bord de Saturne ! 

Publié à 22:10, le mercredi 18 avril 2012, dans Chantier, Sète
Mots clefs : carénagehéraultchantier


Tranche de carénage...

#
Des nouvelles de l'avancement du carénage par Catherine qui a rejoint le chantier en famille pour le week-end. Par ailleurs, le trajet du voyage de l'été est consultable sur:
http://www.voile-voyage.fr/ProgrammeDeNavigation.html
#
 
Saturne est à présent sorti de l'eau depuis une semaine et bien des choses ont déjà avancé parmi lesquelles un super portique arrière et de nouvelles portes, accompagnées de filières toutes neuves!
 
Au cours de ce week end de Pâques, l'heure est au traitement de la coque: décapage des petites traces de rouille: Serge est à la meuleuse, et protection des zones où l'acier est mis à nu: là, c'est Julie qui s'y colle. Il faut passer les 5 couches d'époxy réglementaires pour les parties sous-marines, et préparer la surface à repeindre! Saturne se couvre petit à petit de tâches rouges, puis grises, puis blanches!!!
 
Sur le pont aussi, il faut traiter les petits points de rouille. Le remplacement des deux bites d'amarrage à l'arrière aura pris un temps précieux au Capitaine !
A l'intérieur le chantier-moteur avance à grands pas grâce à la venue de Sébastien, notre chef mécanicien!!!!
 
Une fois toutes nos couches d'époxy séchées, la première couche d'antifouling redonne un beau bleu tout propre à la coque, elle occupe bien tout le monde, merci à Myriam et à Marine!!! mais il en faudra encore 2... heureusement, la prochaine équipe prête à apporter son aide arrivera demain.
 


Publié à 09:44, le mercredi 11 avril 2012, dans Chantier, Le Grau-d'Agde
Mots clefs : antifoulingépoxyportiquecarénagechantier


Chronique (presque) sètoise.

#

Quinzaine de chantier de carénage oblige, pas de carnet de bord de la transat cette semaine. A la place une chronique sétoise, à moins qu'elle ne soit aghatoise où plus précisément graulenne.

Et pour voyager sur Saturne cet été, un p'tit tour sur: http://www.voile-voyage.fr/

#

Dimanche. Après une arrivée tardive dans la nuit du samedi au dimanche, on s'accorde une courte nuit de répit:  Quelques heures de sommeil avant un réveil des plus matudinal, tout ça pour être prêt à 10 heures pour l'ouverture des ponts. Avant le départ il faut sécuriser le bateau en posant des filières provisoires. Une dernière inquiétude sur le démarrage du moteur vu qu'il n'a pas tourné depuis 6 mois... mais non, tout va bien! Après avoir vidé plusieurs mètres cubes de bazar du coffre avant, on accède au coupe-circuit du propulseur d'étrave. Passage des ponts, petit raccord de gasoil et hop! Un petit vent nous mène gentiment vers le cap d'Agde le long de la plage de corniche. Le bonheur! Rien d'autre à faire que prendre un apéro, puis un autre... Et là, v'la t'y pas que Captain' Gloogloo décide de tester en vrai grandeur la solidité des filières provisoires: et elles le sont! Mais elles sont aussi très souple, et c'est d'une main ferme que je l'arrache, hilare, à sa position de cochon pendu.

Entre la plage de la corniche et les filières, le Cap d'Agde droit devant

Lundi. Dans la matinée, Henri le patron du chantier sort le bateau de l'eau devant de nombreux curieux. Et comme on a le plus beau bateau, on a droit à la place la plus en vue, devant le chantier, le long de la route. Alors c'est parti pour le Kärcher. La coque est recouverte de coques, d'algues et de fruits de mer dont certains semblent même revenir des Antilles.
 
Mardi. Une institutrice menant son troupeau de loupiots à une leçon de choses, demande à Captain' en voyant le bateau, s'il ne s'agirait pas du "néanmoins fabuleux voilier Saturne" dont elle a suivit l'épopée transatlantique sur le présent blog? Si. Captain' est tout ému de voir s'incarner une lectrice du blog sous une forme bien plus tangible qu'une incrémentation au compteur.  Sur ce, on s'attaque aux filières et aux montants des portes. Les montants ont été fabriqué en tubes inox dans l'atelier de Pascal à Lyon. On recoupe chaque montant pour les ajuster en hauteur et on les fixe provisoirement d'un point de soudure en attendant un cordon définitif. Et là, à peine le temps de finir de poser les filières que la pluie allant crescendo finit par nous drosser à l'intérieur du carré. Fin de journée prématurée, grrr....
 
Vedette de la SNSM en carénage
 
Mercredi. L'avant veille, Henri nous disait: "J'espère que personne n'aura besoin de la vedette SNSM, parce qu'elle est au chantier! " Ce matin, il la remet à l'eau. Et pour ce faire, il a besoin de la grue avec laquelle il nous a sortit de la darse et qui est resté là, autour du bateau. Pour qu'elle passe, il faut démonter l'éolienne. D'habitude c'est facile, mais là non. Il faudra finir au marteau pour sortir les pâles une à une. Grrr. Il pleut, alors on va faire des commissions à visée sustentatoire. Puis dans l'après-midi, profitant d'un ciel seulement gris on s'attaque au portique. Lectrices et lecteurs fidèles, vous vous souvenez de la pièce en inox repêchée au fond du port de Sète, histoire narrée lors d'une précédente chronique Sètoise? Et bien cette même pièce trouve enfin sa place avec juste trois ans de retard. On ajuste, recoupe les tubes à la bonne mesure, refait une gueule de loup, puis Michel s'attaque aux tubes du balcon sur le bateau pour faire la place de la nouvelle pièce. C'est un peu chaud, car les tubes sont sous tension et se sépare violemment à la fin du tronçonnage. Aïe, dans la manip, le disque de la meuleuse explose et ses éclats viennent toucher Michel à la main. On court aux urgences. Il retrouve la même équipe qui lui avait fait des points de souture à la tête la dernière fois. Elle lui en pose quatre nouveaux après l'avoir abondamment trempé, lavé et rincé. Ouf mesdames, rien de grave de touché. Aller, un bonne bouffe, un p'tit canon et à demain!
 
Bobo la mimine !
 
Jeudi. Michel démonte l'échangeur d'eau de mer du moteur. Les pipes d'admissions devront être passées à la fraiseuse pour être parfaitement alignées. Elles ne l'étaient plus depuis une réparation dans le sud de l'Espagne consécutive à une casse sur la transat.  L'après-midi, le portique est assemblé par Rachid dans l'atelier avant d'être soudé sur le bateau. Fait.
 
Vendredi. David qui vient de Séte pour la journée s'occupe de renforcer le Taud de Soleil. Côté moteur, le contre-tourteau entre la boite de transmission et l'arbre d'hélice est démonté. Si Jésus avait fait des miracles en mécanique, on l'aurait appelé Henri! Et on peut enfin changer la bague autolub à la sortie du tube de jaumière. (Si vous avez l'impression de lire du chinois, c'est normal car j'ai parfois l'impression d'en écrire.)
Et voilà, demain Juju, Serge, Catherine, Stéphane, Eloïse puis Sébastien, Luc, Daniel, Nelly viendront à leurs tours prêter la main sur Saturne. Enfin s'il ne pleut pas trop fort!

Publié à 15:51, le vendredi 6 avril 2012, dans Chantier, Le Grau-d'Agde
Mots clefs : sètoisechroniquecarénageboitemoteurtransmissionpontchantier


Préparation de la saison, carénage.

Salut, avant la reprise de la saison, un chantier de carénage un peu conséquent s'annonce. C'est donc l'heure de constituer une (des) équipe(s) de volontaires pour de plus ou moins menus travaux:

Le premier séjour de voile débutera le 13 avril. Avant, je vais tenter aussi de peindre le pont (enfin pas moi !) et réviser le moteur (Séb).

Pour ma part je vous donne mes dispos :

Du 5 au 8 février : travail préparatoire de prise de côtes, dessins, photos, gabarits, pour lancer la fabrication des pièces à souder sur le pont. On découpera les portes et déposera du bout dehors, chaîne et ancre...
Du 24 au 26 février : ce sera la révision du moteur, la dépose de l'échangeur Bowman. On déposera les voiles pour révision.
Du 12 au 18 mars : soudure sur le pont de tous les objets  + sablage si possible.
Du 1er au 12 avril : Le bateau sera convoyé au chantier Allemand. Il sera sortie de l'eau pour le nettoyage de la coque. Le pont sera repeint au pistolet.

Naturellement je ne vais passer tout ce temps sur Saturne mais voilà mes créneaux disponibles pour le moment. Je ne serai pas toujours indispensable.

Des bises, Michel.

Le site a été remis à jours aujourd'hui avec les dates prévisionnels des voyages :
http://www.voile-voyage.fr/ProgrammeDeNavigation.html

Publié à 22:10, le mercredi 25 janvier 2012, dans Chantier, Lyon
Mots clefs : carénagesaturnevoilechantiervoyage


{ Page précédente } { Page 1 sur 2 } { Page suivante }
Accueil
Qui suis-je ?
Mon itinéraire
Livre d'or
Archives
Amis
Album photos

Mes albums

La carte des lieux visités



Rubriques

Chantier
Conseils pratiques
Esprit Saturne
Transat
voyage

Derniers articles

Présentation officielle de mon ouvrage "Saturne"
Saturne, mon premier ouvrage, est enfin disponible
Matinée d'initiation à la voile.
Programme de navigation printemps-été 2018
En attendant la réparation du moteur

Sites favoris

Saturne
Mutins
thierrymoine.com
les rancy
Olivier Bréaud

Amis


Newsletter

Saisissez votre adresse email