Voyage à la voile sur Saturne

14/11/01, approche finale

Cette fois, c'est parti! Au lever du jour, nous avons déposé le tangon pour pouvoir gagner 15° au vent. Les moyennes sur 2h00 dépassaient les 8.5 noeuds sans tangon. Nous approchons les 9.6 noeuds, SATURNE est un vrai bateau de course. Les pointes frôlent les 11 noeuds et la gîte est toujours imperceptible (sommes travers). Je crois que tout le monde est pressé de toucher terre. La nuit dernière a été plus cool que d'habitude, mais les cargos étaient nombreux sur notre route, un nous a obligé à dérouter. Malheureusement, ce vent providentiel arrive un peu tard pour que nous puissions prendre le vol prévu initialement ce soir à 20h00. Les contraintes imposées par AIR CARAIBES nous obligent à attendre lundi soir pour rallier la Capitale. Hormis ce petit contretemps et un peu de casse superficielle, tout c'est déroulé comme prévu. Pour nous tous, les balises d'entrée du Chenal de Cayenne sont attendues mais signent aussi la fin de ce premier round de la transatlantique. Dans les derniers moments de cette traversée, nous remontrons surement plein de sentiments et d'images contrastées de ce qui est déjà, à l'échelle dérisoire de nos petites vies, une vrai aventure.


Position : 4°43'N 51°25'W
vitesse : 9.9 Noeuds
Reste 103 MN

Fiona et Michel
 
Presque!
Depuis ce matin ça pousse fort dans la voilure. Les moyennes dépassent les 10 noeuds. Il ne nous reste plus que 50 nautiques à parcourir. Nous avons fait le point des divers présents que nous pourrions offrir à la fille de Mister "Dan" dite "l'engrossée", à notre arrivée à Cayenne. Mais il ne nous reste plus à bord que quelques biscottes molles, restes de fromages périmés et fruits...oublions. Nous nous sommes donc remis à pêcher. "Dan" a puisé dans sa profonde culture pècheresse et nous a expliqué qu'à 10 nds, pêcher avec 15 m de filet derrière le bateau suffirait. Là, il a fâché Henry, qui finalement lui a lancer méprisant: "si tu en prends un, je veux bien me faire pendre". Pour une fois il a eu bien raison l'Henry. "Dan" n'a pas pris un poisson mais deux. Deux belles bonites. Ah...les sphincters du Seigneur.

Position : 4°54'N 51°21'W
 
Michel
 
Les gens du voyage...
On scrute l'horizon. On dépasse toute nos prétentions avec des pointes de plus de 12 noeuds en pointe et une dernière moyenne horaire de 10,8 noeuds. Dans deux heures nous devrions entrer dans le chenal de Cayenne. Silence à bord. C'est toujours difficile de finir, mais sommes profondément heureux d'être là. Heureux d'y être arrivé sans trop d'encombre et sans aide. Heureux de rejoindre modeste mais légitime un peuple voyageur. Heureux d'avoir donné raison au gosse qui rêve encore d'horizon, de sourdement, pour une fois, ne pas l'avoir trahi.
 
Michel
 

Publié à 17:34, le vendredi 14 janvier 2011, dans Transat, Océan Atlantique
Mots clefs : alizéeCayennevoyagePêchesaturnetransatvoile


12/01/11, premiers grains

Nous passions à travers depuis quelques heures déjà, ça na pouvait pas durer plus. C'est tombé "velu"! Des trombes. Rien de grave mais vers deux heures du matin c'est le vent qui c'est mis à monter. La mer étant épouvantable la grand voile freinée a fini par se mettre  à contre. Le frein, un morceau de drisse de 16 quand même a rompu sous la charge. Nous sommes donc offert une "affalation"  (je sais pas si c'est du Tabarly) en  vent arrière, sous la pluie. Sylvie et moi, arrachés à nos couchettes, étions en culotte. Le pieds! Vraiment j'adore. Nous n'avons pas eu le courage de renvoyer de la toile. Sommes toujours sous génois seul, à 7,5 noeuds. Il nous reste encore 400 nautiques à courir (un nautique c'est 1852 m). Je pense qu'on va encore en baver un peu. Je comprends mieux aujourd'hui pourquoi dans les annonces les acheteurs potentiels de bateaux en polyester précisent bien qu'ils ne veulent pas d'un bateau ayant fait la traversée! Les violences conjuguées de la mer et du vent et les durées d'expositions aux efforts, peuvent avoir raison d'unités même bien charpentées. Suis heureux d'avoir 20 tonnes d'acier sous les pieds. Je vais tenter de renvoyer le dernier ris.

Capitaine

Position : 6°10'N 45°12'W

Publié à 16:35, le mercredi 12 janvier 2011, dans Transat, Océan Atlantique
Mots clefs : voyagevoilesaturnetransatalizéeCayenne


11/01/11

Bon les choses s'arrangent ici. La mer est moins dure. Le soleil brulant nous redonne du courage. Nico a tenté de nous aider en vidant le contenu de la "poubelle composte" dans la mer mais en fait il s'est trompé, il a aussi jeté le bac. Fio est et fâchée moi suis plutôt content qu'il n'ai pas pensé devoir nous ramené son contenu à bord. Le pauvre est crevé, la vraie vie l'épuise. Il faut dire qui lui arrive de même faire la vaisselle, sous la contrainte quand même. Sommes à un peu moins de 500 nautiques de Cayenne. Encore trois jours avant de pouvoir nous reposer enfin. Nos billets d'avion risquent de ne pas nous servir à grand chose. Claire (la fille de mister Dan dernièrement engrossée) se charge de les faire changer pour le dimanche. Nous devrions donc arriver à Lyon le 17 en fin de journée.

Michel

Position : 06°36'N 43°21'N

Publié à 16:41, le mardi 11 janvier 2011, dans Transat, Océan Atlantique
Mots clefs : Cayennealizéetransatsaturnevoilevoyage


10/01/11, réduction et empannage

Cette fois il a fallu réduire...
Vers 3h30 ce matin, je sentais bien que la vitesse augmentait. Le temps de me reculotter, je vais rejoindre Sylvie  à la table  à carte qui elle aussi s'inquiétait un peu d'une vitesse moyenne supérieure à 9 noeuds, sans parler des surfs naturellement. Le spectacle était grandiose, Saturne entre  9 et 11 noeuds qui traçait sa route  dans une mer démontée avant de s'envoler dans des surfs écumants de plusieurs minutes souvent. Mais bon on ne va pas casser du matériel maintenant! Soulagé de 35 m2 la vitesse repasse en dessous de  9 nds et les surfs diminuent d'autant. Le risque serait en réduisant trop, de se faire rattraper par les vagues et d'embarquer de l'eau par l'arrière. Au matin le spectacle est toujours aussi envoutant mais la vie à bord compliquée. Il nous faudrait souscrire à Vishnou des bras de partout pour arriver à tenir le bol, la tartine le pot de miel et la cuillère... Régulièrement une vague croisée nous nettoie la table. Le café reste une source d'angoisse pour moi. Les voir manipuler dans une lessiveuse, une cafetière italienne pleine d'eau surchauffée! Bref la vie du bord quoi.

Pour nous approcher de la route théorique nous avons détangonné le génois et, en le surbordant un peu, nous arrivons à tenir le bon cap. Dedans c'est beaucoup plus confortable mais barrer est plus exigent et donc fatigant. La vitesse aussi est plus basse et, en trois quart arrière, les surfs rare. Bref on se repose un peu. Le soleil cogne dur! La nuit la température baisse peu, l'humidité est absolue. La fatigue se fait sentir de plus en plus. Cayenne risque de nous voir arriver fourbus... ne sommes pas adaptés à ces températures élevées et monotones. Des bises  à tous.


Capitaine



Position : 07°54'N 41°07'W
vitesse : 8,2 noeuds
Putain qu'il fait chaud.

Une dure journée se termine. Dès le matin j'ai tenté une ruse qui c'est vite s'avérée être une grosse connerie. Le vent nous poussait inexorablement trop au sud alors j'ai enlevé le tangon et surborder le génois...vous savez. En fait personne n'arrivait à le tenir, contre sur contre, la mer était très dure...j'ai pas réagi assez vite, le hale bas c'est arraché sous la baume. Pour bricoler nous avons pris deux ris que nous n'avons jamais eu de courage de renvoyer. Plus tard en faisant une inspection visuelle du gréement je me suis rendu compte que la drisse de grand voile menaçait de de se rompre au dessus de la têtière. Nous avons affalé tout doucement et c'est passé...ouf. On n'est secoués comme des pruniers, la mer est très forte et le vent très variable. Les trois, quatre derniers jours risquent d'être épuisants. En 24 heures nous avons parcouru 179 milles marins c'est pas mal du tout. Fiona nous a cuisiné de bons gâteaux c'est pas si grave alors.


Michel


Position : 07°26'N 41°52'W

vitesse: 6.5 nds au 248

Mer très forte

Reste 689 nautiques à parcourir (il y a eu erreur lors de la dernière transmission)

 

Publié à 07:13, le lundi 10 janvier 2011, dans Transat, Océan Atlantique
Mots clefs : alizéeCayennesaturnetransatvoilevoyage


9/01//11, cargos troubles

12h cargos.

Nous sommes sur une route maritime. Dans les dernières 12 heures nous avons croisés deux cargos. C'est insensé mais l'un d'entre eux était en route de collision. Sinon la mer se régularise, elle est toujours aussi haute mais elle ne croise plus. La vitesse moyenne tourne autour de 7,5 noeuds sur l'eau et nous passons les  9 noeuds dans les surfs. En route projetée nous tenons, tout rendu, dans les dernières 24h : 6,85 noeuds. Saturne a déjà fait beaucoup mieux, mais là il faut arriver à vivre dans la duré, sans trop se fatiguer. Nous sommes sous grand-voile et génois tangonné. Nous arrivons à faire le pain, la cuisine et les filles le ménage.

- Fiona : J'ai fait un super méga gâteau aux pêches, aux noix et au NUTELLA!

- Michel : A titre de représailles je tente un pain aux roquefort et aux noix...

Pour la petite histoire technique, hier j'ai laissé mon pain à lever dans la bulle environ 3 heures. A ma grande surprise il avait commencé à cuire. C'est incroyable la température que l'on doit pouvoir atteindre pas effet de serre sous ces latitudes.

Des bises.

Michel

Position : 9°36'N 38°29'W
vitesse : 8,3 noeuds
Pression : 1021 hpa
 
19h, troubles.
Mais que ce passe-il sur Saturne...Nous avions prévu beaucoup de choses et pris les dispositions en conséquence,voile et haubans neufs, balise de détresse, trousse de pharmacie bien pourvue, mais c'était sans compter cet étrange phénomène survenant vers le neuvième parallèle Nord. Des radiations d'origines inconnues ont sauvagement atteints 2 de nos marins dont le capitaine. Alors que l'après midi se déroulait dans une douce torpeur les premières compulsions hystériques sont apparues. Le capitaine fut le premier touché par ce symptôme qui dans un élan incontrôlable, muni d'une pince multiprise, s'enquit d'épiler la demi-jambe de mister Dan. Celui-ci, pourtant bien connu par son flegme légendaire,rétorqua sur le champ. Ce fut alors une débandade sanglante. A coup de dégraissant ménager, immédiatement suivi de "regraissant" (WD 40: spécial moteur), le Capitaine tenait Dan à distance. Profitant d'un moment d'inattention, Mister Dan riposta d'une louche de coquillettes. A l'heure où nous écrivons cet article, la bataille fait rage sur le pont. Comment cela va se finir ? Quelle angoisse ! Nul va s'en dire que nous, prenons beaucoup de risques à vous relater ces faits. Mais nous saurons faire face à ce phénomène qui semble ne toucher que la gente masculine!

 

Sylvie & Fiona

Publié à 10:36, le dimanche 9 janvier 2011, dans Transat, Océan Atlantique
Mots clefs : transatalizéeCayennesaturnevoilevoyageCargochalutierbateau usine


{ Page précédente } { Page 1 sur 2 } { Page suivante }
Accueil
Qui suis-je ?
Mon itinéraire
Livre d'or
Archives
Amis
Album photos

Mes albums

La carte des lieux visités



Rubriques

Chantier
Conseils pratiques
Esprit Saturne
Transat
voyage

Derniers articles

Saturne, mon premier ouvrage, est enfin disponible
Matinée d'initiation à la voile.
Programme de navigation printemps-été 2018
En attendant la réparation du moteur
Panne, panne, panne...

Sites favoris

Saturne
Mutins
thierrymoine.com
les rancy
Olivier Bréaud

Amis


Newsletter

Saisissez votre adresse email