Voyage à la voile sur Saturne

5 août 11, l'anniv

Alors que les quelques Iphones présents à bord relatent de funestes nouvelles sur l'état pitoyable de la finance mondiale, notre bateau se dirige nonchalant vers le Cap Corse. Au programme : petit restaurant pour fêter les 15 ans de Jérémy, bières fraiches, langoustes et vin blanc.

Après la journée sportive d'hier l'ambiance aujourd'hui est au farniente à part quelques virements de bords et autres manœuvres désormais habituelles.

Seul le capitaine s'adonne à une  correspondance bougrement mystérieuse planqué sous une serviette, unique moyen de garder un minimum d'intimité face à un équipage curieux et indiscret.

Pour mater ses ouailles, il a choisi au hasard, Julie, et lui a tondu la tête. Autant dire que tout le monde se tient à carreaux maintenant.

Mais revenons à nos moutons (tondus corses), les côtes du Cap Corse sont maintenant à portée d'yeux. Splendide! Après la densité du maquis des Agriates les montagnes pelées nous rappellent certains paysages d'Ecosse sans la pluie et le soleil en plus. Que demander de plus .... Nous allons expressément remonter sur le pont et profiter pleinement du paysage.
La position de Saturne sur une cartewww.voile-voyage.frtwitterfacebook
A la rame!

Publié à 20:15, le vendredi 5 août 2011, dans voyage, Saint-Florent
Mots clefs : virementAnniversairemaquis


4 août 11, le désert des Agriates

14h. Le mouillage dans la cirque de Perailola marquera le début des vraies vacances. Baignade, ballades dans le désert des Agriates, figatelu au feu de bois... Pour l'équipage la découverte aussi des joies de la navigation à la rame... Les touristes en rigolent encore! Mais bon de nos jours le ridicule de tue plus...hélas! Dans la soirée Thierry nous a envoyé une météo un peu tracassante pour la nuit. Un petit courant de Sud-Ouest risquait de nous secouer un peu. Rien de grave, mais Marine, un peu patraque nous invitait à trouver un lieu plus serein. Nous avons levé l'ancre pour la délicieuse baie de l'Acciolu. Que du bonheur. Un mouillage de rêve, une nuit sous les étoiles, baignade encore et bronzouille, les cuisinières nous ont régalés à midi, et ce soir je devrait relever ce défit dérisoire. Un jeu d'enfant. Quoi d'autre?  Anne, Serge et Moi Même qui vous Parle, avons commencé  à nettoyer la coque. Sommes en ce moment, à 14h, à la recherche d'une nouvelle crique pour passer la nuit... un travail harassant! Confort, sécurité, exotisme, isolement, esthétique voilà autant de priorités à satisfaire pour le bonheur de mon équipage. Une sieste s'imposera dès l'ancre posée sur le fond. Je vais tenter de convaincre mes petits amis de vous narrer leurs conditions de vie à bord, mais l'apathie est t'elle... Des bises de capitaine, Michel-Marie Perraudin dit MMP "moi même qui vous parle"

15h. Encor(s)e. Nous flottons, c'est le mot, dans une mer calme que réveille de temps à autre, je crois, une petite brise; chaque soir une nouvelle crique, le long du désert des Agriates. Promis cette nuit à un vent de sud-ouest et quelques intempéries, nous remarquons depuis ce matin que nenni !!! La météo nous trompe sachez le... Et nous en profitons. Après une matinée de baignade, nous voici embarqués en direction de Saint Florent, que nous n'atteindrons peut être jamais. A cet heure, Michel cuisine, Julie s'est expatriée dans l'annexe en poupe du navire, Serge à la proue pour lire solitaire. Je blogue un peu, Laureline, Gilles et Marine devisent tranquilles (enfin presque). Cela s'appelle des Vacances. Nous prenons soin de nos petits oignons, de nos peaux laiteuses ou déjà plus ambrées... question de génétique. Saturne nous conduit à sa voile, le long des côtes corses, odorantes et montagneuses. Il remplit son contrat.

Reste le cas-capitaine
qu'il nous faut freiner,
il gère en Hérault son domaine,
guitare au doigt, à défaut d'être bagué
mais mazette s'il se met à la dégaine
nous avons le rire ou le mal "à-rimer"
au choix !

Anne
22h. Julie à Blog: Après une succession de quarts, place maintenant à une succession de paysages côtiers, de chansons françaises et d’apéro en bonne et due forme. Le moteur de l'annexe est en panne. Nous avons donc héroïquement bravé une mer déchaînée pour rejoindre le maquis corse dans le désert des Agriates mais nous avons également cassé une rame. Résultat, dorénavant c'est moi qui tire l'annexe à la force des bras. On arrête pas le progrès! Vive la décroissance! Suite au prochain épisode ...
 

Publié à 22:47, le jeudi 4 août 2011, dans voyage, Saint-Florent
Mots clefs : figateluballadebaignadeétoiles


Accueil
Qui suis-je ?
Mon itinéraire
Livre d'or
Archives
Amis
Album photos

Mes albums

La carte des lieux visités



Rubriques

Chantier
Conseils pratiques
Esprit Saturne
Transat
voyage

Derniers articles

Saturne, mon premier ouvrage, est enfin disponible
Matinée d'initiation à la voile.
Programme de navigation printemps-été 2018
En attendant la réparation du moteur
Panne, panne, panne...

Sites favoris

Saturne
Mutins
thierrymoine.com
les rancy
Olivier Bréaud

Amis


Newsletter

Saisissez votre adresse email