Voyage à la voile sur Saturne

Départ de la croisière d'été 2012 (1)

Cet été Saturne navigue vers la Sicile et les îles Eoliennes... quel chouette programme, c'est rempli de mes premiers souvenirs d'une longue navigation!

Cette année les contraintes de congés et l'incertitude de la capacité d'Eloïse (15 mois) à vivre à bord en traversée nous limitent à la 1e semaine: de Sète à Ajaccio.

 

Arrivée à la gare de Sète le soir du 13 juillet, chargés comme des mulets, bébé devant, sac dans le dos!!! Ouf, Saturne est à sa place, juste en face de nous, Michel nous a attendus et n'a pas passé les ponts du soir, ça nous évite de marcher pour le rejoindre au quai d'Alger!!!

Cette gentille attention  coûtera à l'équipage (composé de Michel, Nicolas, voisin de ponton de Saturne, Michèle, Philippe et son fils Lucas, que Stéphane, Eloïse et moi avons rejoint) un départ le 14 au soir seulement, car il n'y aura pas d'ouverture des ponts le matin du 14 pour cause de passage du Tour de France.

Le temps donc de coudre fabriquer un coin couchette pour Eloïse, qui bouge maintenant trop pour occuper une couchette non sécurisée! Un bout, un paréo, et hop, Saturne devient un 4 étoiles pour bébé!

Nous passons les ponts du soir, et nous voilà en mer, direction la Corse! Du gros temps est annoncé pour cette nuit et demain, qui sera heureusement portant. 

 

Les quarts se mettent en place, et au petit matin nous sommes en vue du Planier, devant Marseille. Ce sont bientôt les Calanques qui défilent... il y a du vent, et Saturne est rapide!

La journée sera un peu plus éprouvante que la nuit: la houle accompagne le coup de vent. Nous ferons donc une courte escale pour la nuit suivante, à l'abri du vent qui doit fraîchir pendant la nuit, derrière la presqu'île de Giens. 

Au bilan de ces 24 premières heures: Eloïse supporte très bien le gros temps, elle dort, dans sa couchette, placée en hauteur et à l'avant du bateau même quand il y a de la mer! 

Pour Philippe, Lucas et Nico, la déception est liée à la pêche: pas la moindre bonite pour se laisser prendre: il est donc temps d'agir, refaire une beauté au rapala à coup de verni à ongles suffira-t-il?

La prévision météo nous amène à décider de reprendre la mer en cours de nuit, quand le vent aura suffisamment baissé pour traverser vers la Corse. 3h du matin: trop de vent... nous ne levons l'ancre que vers 6h, mais le vent tombe maintenant vite, très vite... Passées le îles du Levant, il n'y a déjà presque plus rien. Ce sera une traversée majoritairement au moteur. 

Cela n'empêche pas un joli moment passé avec les dauphins, ni d'apercevoir le souffle d'une baleine.

au petit jour du 16 juillet, nous approchons de la Corse!

Catherine
 
Départ de Sète le 14 juillet:


Publié à 07:51, le mercredi 1 août 2012, dans voyage, Corse
Mots clefs : bébédauphinbaleinePêchetour de France


Chronique sètoise, le long des canaux.

Cette semaine la chronique sètoise prend la forme d'une promenade photographique le long des canaux :

Le petit port de pêche de la Pointe Courte
 
Le port de pêche de la Pointe Courte

Eduardo travaille à faire repartir le Rio Tagus
 
Eduardo. Il s'emploie pour que le Rio Tagus reprenne la mer.
 
Le long du quai de la gare

Le long du canal qui va l'étang de Thau, dans la grande courbe qui ramène devant la gare. Les travaux sur les quais ont chassé les bateaux, il y a du soleil mais ni vent ni courant entre le mer et l'étang : idéal pour voir jusqu'au fond du canal.

D'autre photo à découvrir sur :
www.thierrymoine.com

Publié à 17:27, le mardi 1 mai 2012, dans Esprit Saturne, Sète
Mots clefs : Rio TagusEduardoLa pointe courtePêcheSèteBateauquaitravauxcanaux


1/05/11, les îles s'éloignent

08h. Effectivement, c'est mou de chez molle! Nous arborons voiles et moteur pour maintenir une vitesse de 5 noeuds. Les fichiers météos Gribs nous prévoyaient un peu plus de vent, mais bon il faut faire avec ce que l'on a effectivement.
Luc va bien maintenant, il s'applique, cherche doucement à comprendre et mine de rien commence à bien sentir les choses qui président à l'avancement de la machine. Antoine reste fragile. Le mal de mer ne le lâche pas complètement.
Sur le plan météo, la situation est délicate. Avant 3 où 4 jours nous ne toucherons pas de vent portant. En attendant on cherche juste à poursuivre la route au mieux, sans trop tirer sur le moteur. Parfois, comme hier soir, un coup de vent nous tombe dessus au point de nous obliger à prendre un ris et quelques heures plus tard: pétole! Reste la cuisine, lecture, guitare et flute traversière. En se moment, 1er juin à 8h, sommes à 5.2 nds, voile plus moteur  à 1500 trs/min. La mer est agitée.

14h. Il fait beau, super beau, mais pas un souffle d'air. Sommes donc au moteur depuis ce matin et ça semble vouloir durer! En attendant on pêche avec la remontée d'une première prise... on hésite sur le nom? Baliste? Tout va bien mais vivement que ce foutu moteur soit remplacé par le vent.
18h, selon Saint-Luc. Après trois jours de navigation, nous voilà moins balourds, moins ballots et surtout moins ballonnés (sauf capitaine). Comme le vent n'est pas violent, on peut tout à loisir admirer le paysage, les petits cumulus nous fournissent à volonté des poissons à aigrette, des chatons volants, des éléphants, caniches ou des canards à manches longues...Antoine nous à même trouvé une fée gracieuse aux ailes d'ange au coucher du soleil. Profitant d'une bulle de calme, le "Pacha" nous a offert une baignade en plein océan. Délicieuse attention, mais intéressée : il s'agissait d'aller frotter l'hélice et la carène. Exercice salutaire pour le moral et l'appétit. On s'est régalés d'une délicieuse omelette. Pour les suchis maison, on attend encore d'avoir trouvé le rapala de la bonne couleur. Ce matin c'est moteur mais vers les Açores, on guette la risée qui nous fera gagner quelques nœuds.

Position: 19°10N 57°06W, pression atmosphèrique: 1022 hPa, vitesse: 5.2 nds
www.voile-voyage.fr - Saturne sur une carte - Facebook

Publié à 10:57, le mercredi 1 juin 2011, dans Transat, Océan Atlantique Nord
Mots clefs : saturnetransatvoilevoyagePêchepoissonbalistepétole


14/11/01, approche finale

Cette fois, c'est parti! Au lever du jour, nous avons déposé le tangon pour pouvoir gagner 15° au vent. Les moyennes sur 2h00 dépassaient les 8.5 noeuds sans tangon. Nous approchons les 9.6 noeuds, SATURNE est un vrai bateau de course. Les pointes frôlent les 11 noeuds et la gîte est toujours imperceptible (sommes travers). Je crois que tout le monde est pressé de toucher terre. La nuit dernière a été plus cool que d'habitude, mais les cargos étaient nombreux sur notre route, un nous a obligé à dérouter. Malheureusement, ce vent providentiel arrive un peu tard pour que nous puissions prendre le vol prévu initialement ce soir à 20h00. Les contraintes imposées par AIR CARAIBES nous obligent à attendre lundi soir pour rallier la Capitale. Hormis ce petit contretemps et un peu de casse superficielle, tout c'est déroulé comme prévu. Pour nous tous, les balises d'entrée du Chenal de Cayenne sont attendues mais signent aussi la fin de ce premier round de la transatlantique. Dans les derniers moments de cette traversée, nous remontrons surement plein de sentiments et d'images contrastées de ce qui est déjà, à l'échelle dérisoire de nos petites vies, une vrai aventure.


Position : 4°43'N 51°25'W
vitesse : 9.9 Noeuds
Reste 103 MN

Fiona et Michel
 
Presque!
Depuis ce matin ça pousse fort dans la voilure. Les moyennes dépassent les 10 noeuds. Il ne nous reste plus que 50 nautiques à parcourir. Nous avons fait le point des divers présents que nous pourrions offrir à la fille de Mister "Dan" dite "l'engrossée", à notre arrivée à Cayenne. Mais il ne nous reste plus à bord que quelques biscottes molles, restes de fromages périmés et fruits...oublions. Nous nous sommes donc remis à pêcher. "Dan" a puisé dans sa profonde culture pècheresse et nous a expliqué qu'à 10 nds, pêcher avec 15 m de filet derrière le bateau suffirait. Là, il a fâché Henry, qui finalement lui a lancer méprisant: "si tu en prends un, je veux bien me faire pendre". Pour une fois il a eu bien raison l'Henry. "Dan" n'a pas pris un poisson mais deux. Deux belles bonites. Ah...les sphincters du Seigneur.

Position : 4°54'N 51°21'W
 
Michel
 
Les gens du voyage...
On scrute l'horizon. On dépasse toute nos prétentions avec des pointes de plus de 12 noeuds en pointe et une dernière moyenne horaire de 10,8 noeuds. Dans deux heures nous devrions entrer dans le chenal de Cayenne. Silence à bord. C'est toujours difficile de finir, mais sommes profondément heureux d'être là. Heureux d'y être arrivé sans trop d'encombre et sans aide. Heureux de rejoindre modeste mais légitime un peuple voyageur. Heureux d'avoir donné raison au gosse qui rêve encore d'horizon, de sourdement, pour une fois, ne pas l'avoir trahi.
 
Michel
 

Publié à 17:34, le vendredi 14 janvier 2011, dans Transat, Océan Atlantique
Mots clefs : alizéeCayennevoyagePêchesaturnetransatvoile


Accueil
Qui suis-je ?
Mon itinéraire
Livre d'or
Archives
Amis
Album photos

Mes albums

La carte des lieux visités



Rubriques

Chantier
Conseils pratiques
Esprit Saturne
Transat
voyage

Derniers articles

Le murmure des sillages....
Présentation officielle de mon ouvrage "Saturne"
Saturne, mon premier ouvrage, est enfin disponible
Matinée d'initiation à la voile.
Programme de navigation printemps-été 2018

Sites favoris

Saturne
Mutins
thierrymoine.com
les rancy
Olivier Bréaud

Amis


Newsletter

Saisissez votre adresse email