Voyage à la voile sur Saturne

Souvenirs d’un voyage à Istanbul (été 2008)

D’Athènes à Istanbul, c’est du sourire, c’est du bonheur. On se laisse bercer et on voyage. D’îles en villes, on déjoue les nœuds du vent. Kéa, Lesvos et on vire de bord, nous v’là en Turquie. Babylone nous est promise, coûte que coûte et vaille que …vent. V’là qui vient nous rappeler ses caprices et la météo, facétieuse, nous entrave. Mais d’Ouzo en Raki, ou de pile en face, on suit notre gouverneur, Capitaine sans peur et sans reproche (quoique...!). On enquille les milles, on les dégomme, parfois à reculons. C’est pas tant d’avancée qu’on aime que de le vivre. Là, solitaire et collectif. Sous le soleil et dans les voiles. 

l'équipage en route pour Istanbul
Et puis, il y a les autres, les rencontres, les échanges. L’équipage, sans mesure, improbable d’Amour et de Vie. Mon capitaine, qui scrute l’horizon et nous embarque dans ses rêves. Les regards qu’on croise aussi, seul dialogue quand la langue fait naufrage.
Et puis, il y a le temps. C’est l’infini qui prend place, troublé, nourri par l’éphémère des petites choses. On remonte un thon, un calamar. Des poissons volants, des tortues nous narguent. La mer, la risée arrivent et on lofe plus près du vent. On avance doucement. Et lors même qu’on recule, le trajet n’a pas d’importance. C’est le vent qui porte, le soleil qui rythme le corps et la pensée. Alors, on déambule, on se promène sur l’écume, attention aux méduses et aux sacs plastiques! 

Parfois, de loin en loin, la terre. Ses reliefs qu’on repère et qui s’approchent. On caresse du regard les lumières qui s’allument quand, sur le bateau, s’organisent les quarts. C’est l’esprit qui vagabonde et qui s’oublie. Le temps s’est arrêté et le cœur s’apaise. On s’oublie aussi, peu à peu, le corps devient un bout du voilier, un morceau de toile. On rêve des profondeurs qu’on laisse sous la coque, abîme d’obscurité, abysse de merveilles. Le soleil qui chauffe l’épiderme suffit à garder l’esprit en éveil. Sur soi, en soi. Sur le visage, on sent le vent qui se lève, qui tourne, qui part en faisant faseyer le génois. C’est le goût du sel sur les lèvres, la peau, les vêtements qui nous imprègnent, qui donne de la saveur. Le temps passe malgré tout. Le soleil puis les étoiles font leur valse dans le ciel. Et chaque soir, le typique coucher de soleil, si romantique, où les regards d’amoureux se noient. Parfois blanc, il fascine. C’est l’humidité, la brume qui prend place. On ne voit plus à un mille et on imagine les couleurs, les formes des rares cargos qui passent. Pas un voilier à l’horizon, trop calme ou trop lent, c’est selon. Et pourtant…

Parfois, aussi, il y a la lourdeur. Sans embruns on s’embrume. Le ronron du moteur ne berce pas. Le calme plat de l’eau en huile fatigue, exaspère. Mieux vaut la crème de l’écume. Le bateau ne vit plus. Il avance, il fait du cap. On le suit, sans envie, en impatience. La mécanique ronge, c’est de vent, de souffle dont on est gourmand. L’ennui, la paresse nous guette, l’étincelle s’éloigne. On pense à la terre. Ou du temps qu’on pourrait perdre. Parce qu’il faut bien avancer, retourner tout de même dans la vie qui ne gîte pas. Mais le vent se lève et la voile se gonfle, à nouveau.

Ah, Saturne, sacrée barque toute en ferraille, aux lignes joufflues des gourmandises de chacun, de musique, d’alcool et d’amour …
 
Véro
D'autres photos sur:
www.voile-voyage.fr/photos-crosieres-ete-2008.html

 


Publié à 19:37, le samedi 1 mai 2010, dans voyage, Istanbul
Mots clefs : Grèceturquieistanbulmediterraneésaturnevoilecroisièrevoyage


Accueil
Qui suis-je ?
Mon itinéraire
Livre d'or
Archives
Amis
Album photos

Mes albums

La carte des lieux visités



Rubriques

Chantier
Conseils pratiques
Esprit Saturne
Transat
voyage

Derniers articles

Présentation officielle de mon ouvrage "Saturne"
Saturne, mon premier ouvrage, est enfin disponible
Matinée d'initiation à la voile.
Programme de navigation printemps-été 2018
En attendant la réparation du moteur

Sites favoris

Saturne
Mutins
thierrymoine.com
les rancy
Olivier Bréaud

Amis


Newsletter

Saisissez votre adresse email