Voyage à la voile sur Saturne

12/07/11, en route vers Ibiza.

10h. Nuit fatigante. Beaucoup, beaucoup de chaluts et cargos devant Carthagène. Encore ce matin je compte sensiblement un cargo toutes les demi-heures. Le vent est faible de sud avec un peu de moteur suis à 6 nds sur une mer lisse. Suis en route pour Ibiza, ou je connais une métisse qui vit toujours dévêtue mais ne dites pas que je vous ai dit ça sinon Melissa me tue... Mais je ne vais même pas avoir le temps d'un cuni. Je tente de rentrer sur Sète durant le week end du 14 juillet donc je file au plus rapide. C'est pas fait, mais à défaut d'être évidente la météo n'est pas franchement problématique. A suivre...

Le manque de sommeil le donne mal au crâne. C'est pas grave, mais de ne  jamais dormir plus de 40 minutes demande un entrainement, je n'ai pas l'habitude de devoir récupérer aussi vite, mais bon, fort de ce savoir faire si particulier je dois pouvoir faire forte impression dans les boites de la région lyonnaise. Blague à part, une manivelle de winch électrique, en solo, quand il faut tirer des bords, ça doit franchement changer la vie. Hier j'étais vidé! Autre avantage c'est que mes avant-bras ressemblent de plus en plus à deux vérins hydrauliques.

Je vais finir par faire de la pub pour "carterpillard" ou la couverture de "Gay pieds".Hihihihihi.Sinon je mange toujours des fruits et de la salade pour économiser le gaz. Une horreur mais je l'économise pour mon café sacré/sucré du matin. Des bises les gens. Capitaine

12h.A cette heures ci, dans la vraie vie, on en est à l'apéro et bientôt au déjeuner... c'est si confortable la vraie vie. Je pense que vous vous demandez de quoi est fait le quotidien d'un loup solitaire, du "dernier des Moïcans". Pour commencer je vais pour faire partager la frugalité de mon déjeuner. Rien que de "l'essentiel":Vous savez cette plante qui ne pousse qu'à la ville, dans le cerveau liquide des femmes de cadres qui se font chier en faisant du taichi. Un apéro minimaliste, avec tranche de saucisson corse, un petit pain tout chaud qui sort du four et une heineken glacée qui sort du frigo... à pleurer. Tout ça pour introduire un repas monastique, cœur de salade verte, lardons, deux œufs durs, une échalote, une vinaigrette à l'huile d'olive et vinaigre balsamique... la misère. Enfin un bout de fromage de chèvre et une pêche de vigne. La vie éternelle m'est acquise. Comme pour mieux signifier mon dénuement je m'impose une sieste uniquement vêtu de la lumière de Dieu. Je demande instamment ma canonisation. Michel

Pos : 37°37N 00°30W, vitesse instantanée: 5 noeuds au 64, www.voile-voyage.frSaturne sur une carteFacebook
 
17h. J'attendais depuis cette nuit un petit flux de sud pour m'aider à rallier Ibiza. Le voilà donc. Pas violent mais il m'aide quand même. J'hésite un peu encore à tenter de passer au nord de l'ile ce qui serai le
plus rapide mais plus scabreux car à 7 h du matin est prévu un vent de face de 20 nds, ou alors passer entre les deux iles ce qui est plus long mais plus sûr. La première option me demande de passer avant le lever du jour... c'est pas encore certain. En attendant je bricole et je tente de me reposer mais j'y arrive pas trop. Toujours un bateau pas loin, un changement de vent, une érection subite. Bref j'ai œil vif, la fesse fraiche, et le sein arrogant et puis l'autre œil...vous connaissez Bobby.
Je me suis préparé des pates pour le diner. C'est fou ce que l'on peut consommer d'énergie pour rien. J'ai fait cuire des œufs durs et arrêté la cuisinière. Je les ai sortis avec une louche doucement et j'ai mis les pattes dans l'eau sans feu. Elle sont parfaitement cuite... Quand je pense aux calories que dégage pour rien le moteur... Dans les années à venir il va falloir trouver des solutions peut-être pas si compliquées pour éviter le gaspillage: Comme jeter directement les pattes dans le radiateur pourvu d'un panier
récupérateur... ou les noix dans l'embiellage pour les concasser... Avec une courroie de plus on peut se fabriquer aisément un tour de potier - indispensable en bateau - ou faire fonctionner un sextoy directement en sortie d'alternateur. Avec encore un peu d'imagination rien ne serai plus simple que de sortir un arbre de l'inverseur pour monter les blancs en neige, ou isoler la crème du beurre. Je ne parle pas de la machine à coudre sur l'arbre d'hélice. Voir exterminer les vieux et les malade mentaux avec les gaz d'échappement mais à mon age, et dans mon état, un truc me dit de ne pas déposer le brevet. Michel
 
Position: 37°54N 00°08E, vitesse: 7 noeuds au 40, www.voile-voyage.frSaturne sur une carteFacebook

22h. La nuit tombe doucement. Le vent de sud prend un peu de poil de la bête. Pour le moment la composante est encore un peu travers en trichant mais je vais devoir croiser d'ici quelques heures.

Jamais agréable le papillon seul. C'est super exigent. Dans 7 ou 8 h je serai au sud d'Ibiza. Difficile de savoir ce que je vais rencontrer comme vent entre les iles. Je verrai sur place mais j'espère ne pas être trop fatigué car le plus souvent entre deux iles c'est super perturbé. Demain soir il faudrait que je sois  à la hauteur de puerto soller. Michel


Position: 38°13N 00°39E  vitesse: 7 noeuds au 60www.voile-voyage.frSaturne sur une carteFacebook

 

Publié à 22:30, le mardi 12 juillet 2011, dans Transat, Carthagène
Mots clefs : jamais dormirCargotransatchalutiervoilevoyage


10/12/10, Au large de Cartagena

11h30, 60 milles à l'est de Cartagena.

La vitesse varie entre 8 et 10 nœuds. Le ciel est couvert. La mer est agitée à forte. La nuit a été compliquée. Nous avons cassé le hale-bas au niveau de la ferrure de fixation sur la baume. Alors ce matin avec ma scie à métaux, la perceuse, et le marteau j'ai bricolé tout ça dans des creux de trois mètres. Le pieds. j'en bande encore d'y repenser.

Les bateaux de commerce aussi ont fait leur apparition, maintenant il y en a de partout. La nuit prochaine il va falloir faire super attention. Côté timing c'est super bien par contre le bateau et les gens souffre beaucoup. Il est difficile de dormir. Mais,  heureusement , nous gagnons très vitre vers L'ouest. Parfois c'est compliqué de taper sur le clavier vu qu'il traverse la table à cartes à toute vitesse et que j'ai une main occupée  à me tenir... Voilà pour l'essentiel du moment.

Michel

 


Publié à 18:11, le vendredi 10 décembre 2010, dans Transat, Carthagène
Mots clefs : Sètetransatsaturnecartagenavoilevoyage


Accueil
Qui suis-je ?
Mon itinéraire
Livre d'or
Archives
Amis
Album photos

Mes albums

La carte des lieux visités



Rubriques

Chantier
Conseils pratiques
Esprit Saturne
Transat
voyage

Derniers articles

Présentation officielle de mon ouvrage "Saturne"
Saturne, mon premier ouvrage, est enfin disponible
Matinée d'initiation à la voile.
Programme de navigation printemps-été 2018
En attendant la réparation du moteur

Sites favoris

Saturne
Mutins
thierrymoine.com
les rancy
Olivier Bréaud

Amis


Newsletter

Saisissez votre adresse email