Voyage à la voile sur Saturne

23/12/10, Marina de Quinta do Lorde (2)

Que dire de tout ce que nous avons entendu sur l'"Atlantique". 

Une fois passé Gibraltar il n'y avait plus que plaisir, bien-être, et douceur. Putain de discours d'alcooliques… En fait depuis notre passage en atlantique la force 8 est la norme, mer forte à très forte voir grosse, également. Comme en Méditerrannée le vent passe de 15 à 45 noeuds en quelques minutes et le moteur est utile pour les périodes de calme plat, houleuses. La houle passe de partout, même dans les belles marinas, bien protégées,  les amarres souffres.
Nous n'avons pas le sentiment que la météo soit plus précise et on doit y passer du temps pour trouver sa voie. Bon ceci dit, ce matin, nous quittons "Quinta de lorde" pour les Canaris on nous espérions passer le réveillon de Noël... trop tard!
Le bon côté de ce climat capricieux et pluvieux, est que nous bricolons le bateau. Hier nous avons renforcée l'accroche du  hale bas. Ce matin Sylvie nous  a fabriqué une protection de l'ordinateur magnifique. Fiona cuisine, Nico prépare les longues soirées de ta transat en révisant quelques stantards, Daniel révise ses meilleurs blagues ( j'ai rien dit) et, Henry et moi avons révisé le moteur.
A demain.

Capitaine

Publié à 09:01, le jeudi 23 décembre 2010, dans Transat, Caniçal
Mots clefs : Canicalmadèretransatsaturnevoilevoyage


21/12/10, Marina de Quinta do Lorde (1)

Incroyable… Nous avons passé une nuit de rêve. Hier soir le ressac augmentait encore, nous avons craqué. En discutant, Sylvie surtout, "qui ne rate jamais une occasion de brancher des mâles", nous avons découvert l'existence une marina pas trop loin de Machico, qui semblait bien abritée. La manœuvre pour nous libérer du quai nous inquiétait un peu. Finalement, nous avons simplement libéré très vite le bateau, en abandonnant sur place les 11 amarres et Henry. Nous lui avons laissé le temps de tout dégager. Ensuite nous nous sommes approché doucement du quai pour qu'il nous les renvoie 4 m plus bas quand même et nous l'avons récupéré par le balcon avant, Henry a une telle agilité que ça a été facile.

Une heure plus tard nous nous présentons à l'entrée de "Quinta do Lorde". L'entrée n'est pas explicite en arrivant de la mer mais une fois passé la digue, à l'intérieur du port, c'est un vrai lac. Un bonheur.
Au bar du coin, nous retrouvons deux équipages Français en transit, mais pas trop envie d'échanger, bien vite nous retrouvons nos petites couchettes pour une nuit de repos absolu. Ce port est absolument improbable. Pas du tout de vie en dehors des trois bateaux en voyage. Des milliers d'appartement vides. Des rues désertes. Un accueil merveilleux, avec des sanitaires immenses et  luxueux des navettes gratuites pour les villages voisins, une volonté de servir ostentatoire. Une planète bien étrange qui, je suppose trouve, sa raison d'être en période de vacances.
Pour le repos des guerriers c'est PARFAIT.

Pour changer, ce matin c'est lessive, rangement et bricolage. Je vous laisse découvrir.
 
Ou sont-ils?

Publié à 09:26, le mardi 21 décembre 2010, dans Transat, Caniçal
Mots clefs : machicoCanicalfunchaltransatsaturnevoilevoyage


Accueil
Qui suis-je ?
Mon itinéraire
Livre d'or
Archives
Amis
Album photos

Mes albums

La carte des lieux visités



Rubriques

Chantier
Conseils pratiques
Esprit Saturne
Transat
voyage

Derniers articles

Saturne, mon premier ouvrage, est enfin disponible
Matinée d'initiation à la voile.
Programme de navigation printemps-été 2018
En attendant la réparation du moteur
Panne, panne, panne...

Sites favoris

Saturne
Mutins
thierrymoine.com
les rancy
Olivier Bréaud

Amis


Newsletter

Saisissez votre adresse email